Enfants Dys : vers qui se tourner pour les bilans ?

doctor-medical-medicine-health-42273

Par Alain Pouhet

Extrait du livre Questions sur les Dys-. Des réponses

Avant la question QUI, il est impératif de se poser la question QUAND ! Il n’est pas question de proposer à tous des bilans longs, onéreux, fatigants. Il est logique et utile de proposer un bilan à un élève en difficultés graves et durables dans un ou plusieurs apprentissages après avoir mis en place des aides « habituelles », mais qui se sont avérées sans effets : l’élève progresse, mais insuffisamment voire stagne ou régresse. Quand l’écart se creuse avec le niveau moyen alors que l’enfant bénéficie d’aides, le bilan est nécessaire. Il est conseillé également de ne pas retarder le moment du bilan chez un élève motivé s’il y a des antécédents familiaux de dys-. Lire la suite

Les Dys, c’est nouveau ?

pexels-photo-356079

par le Dr Alain Pouhet

Extrait de Questions sur les Dys- Des réponses.

Comment ne pas s’étonner d’une telle question alors que le développement des connaissances sur le fonctionnement cérébral date du milieu du 19e siècle ! Il est vrai que ce domaine ne concernait au départ que la neurologie adulte, plus particulièrement les conséquences des lésions cérébrales acquises (accidents vasculaires cérébraux, infections, tumeurs…). Lire la suite

Conscience phonologique et orthographe

wood-cube-abc-cube-letters-48898

par Monique Touzin

Extrait du livre 100 idées pour venir en aide aux élèves « dysorthographiques »

Les capacités orthographiques précoces sont liées à la phonologie : il faut en effet savoir que les mots sont constitués de sons pour pouvoir les transcrire. On appelle conscience phonologique la capacité à percevoir, à découper et à manipuler les unités sonores du langage tels les phonèmes (les sons), les syllabes et les rimes. La prise de conscience des unités phonologiques comme les syllabes et les phonèmes, ainsi que leur traitement explicite et l’apprentissage des correspondances entre lettres et sons sont fondamentaux pour l’acquisition de la lecture et de l’écriture. Lire la suite

Que font mes yeux pour lire ?

pexels-photo-261895

Par Corinne Gallet

Extrait du livre 100 idées pour que tous les enfants sachent lire

Il est facile pour un enfant jeune de faire des hypothèses sur ce que c’est qu’écrire, c’est d’ailleurs une des activités que les enfants imitent facilement : ils prennent un stylo et agitent leur main pour faire « comme si ». Ils savent qu’il ne faut pas dessiner, et donc gribouillent et disent fièrement : « Regarde j’ai écrit. ». À l’opposé, savoir ce que fait un lecteur est impossible à comprendre. La lecture est une activité passive. Le cerveau fonctionne mais cela ne se voit pas. Le lecteur reçoit un message. Lire la suite

La conscience phonologique : la clé du langage écrit

pexels-photo-256433

Par Monique Touzin

Extrait de 100 idées pour venir en aide aux élèves « dysorthographiques »

Pour apprendre à lire et à écrire, l’enfant doit tout d’abord découvrir les rapports qui existent entre d’un côté les lettres et les groupements de lettres (unités orthographiques) et, d’un autre côté, les sons du langage oral (syllabes, parties de syllabes, phonèmes). À partir de cette découverte, l’enfant va commencer à déchiffrer, puis il va acquérir un certain automatisme qui va lui permettre de développer progressivement l’ensemble du système du langage écrit (lecture et orthographe). Lire la suite

Troubles DYS : quels impacts dans les apprentissages ?

kids-girl-pencil-drawing-159823

Par Dr Alain Pouhet

Extrait du livre Questions sur les Dys-. Des réponses

En classe maternelle, le jeune enfant passe de l’acquisition « spontanée » du langage oral courant (c’est-à-dire celui utilisé pour communiquer en famille ou dans un groupe restreint) à la maîtrise d’outils langagiers de plus en plus élaborés et commence à s’entraîner à de multiples formes d’habiletés manuelles (dont le graphisme). Lire la suite