L’estime de soi, qu’est-ce que c’est ?

couv estime Marine1Par Nathalie Oubrayrie-Roussel et Emeline Bardou

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour comprendre et préserver l’estime de soi.

L’estime de soi correspond au sentiment plus ou moins favorable que chaque individu éprouve à l’égard de lui-même, à la considération et au respect qu’il se porte et au sentiment qu’il a de sa propre valeur en tant que personne. Une estime de soi élevée est considérée comme un indicateur d’acceptation, de tolérance, de satisfaction personnelle et de respect à l’égard de soi-même. Pour certains, cette estime de soi résultera de la façon dont ils se considèrent ou non comme des êtres attrayants, aimés ou compétents. Chez d’autres, l’amour-propre pourra dépendre du fait d’être vertueux, puissant ou indépendant. En d’autres termes, l’estime de soi de chaque personne est fonction des différentes valeurs qu’elle se reconnaît. Lire la suite

TÉMOIGNAGE Les parents, le trouble et l’enfant : « Détruits mais solides »

9782353451272par Olivier Scheibling

Extrait de l’ouvrage Les parents, le trouble et l’enfant

En 2011 est sorti le film autobiographique de Valérie Donzelli, La Guerre est déclarée, qui relate le combat d’un couple face à la tumeur qui croît à partir du cerveau de leur bébé. Dès que j’ai entendu parler de ce film, formidablement vivant, intense et parfois, oui, drôle – c’était dans l’émission Le cercle de Frédéric Beigbeder –, j’ai été frappé d’une empathie totale, en dépit de la différence des expériences. Je ne pouvais pas passer devant une affiche sans avoir les larmes aux yeux. Quand nous nous sommes décidés à le voir, ce qui devait arriver arriva, et j’ai passé une grande partie du film à ravaler des sanglots comme une midinette des années 70 devant Love Story. Pourtant, qu’on ne s’y trompe pas, le film n’est pas construit pour être un mélo tirelarmes plus ou moins putassier. On sait dès la première scène du film que l’enfant s’en sortira, on évite les clichés sur l’enfant malade (on ne voit presque pas l’enfant) ou la séparation et, à preuve, l’essentiel du public autour de moi a su garder sa lèvre supérieure rigide. Et puis, arrive à la fin du film, ce constat en forme d’oxymore : cette expérience – rappelons encore une fois que l’enfant guérit –, a laissé le couple « détruit mais solide ». Et là, bingo ! Mais c’est de moi qu’on parle !? Lire la suite

100 idées pour aider un enfant qui ne va pas bien par le Dr. Anne Gramond (disponible en librairie le 15 mai).

couv pas bien Marine1Disponible en librairie le 15 mai prochain :

100 idées pour comprendre et préserver l’estime de soi, Dr. Anne Gramond

En difficulté scolaire ou non, un enfant qui souffre doit être pris en charge. Détecté et traité trop tard son mal-être peut avoir des conséquences graves.

Un enfant en difficulté et/ou qui présente des troubles des apprentissages est un enfant en souffrance psychique.
Mais il existe aussi de « bons élèves » en souffrance. Détectée trop tard, ce mal-être peut avoir des conséquences graves et durables.
Lire la suite

Définition de l’Accompagnement en économie sociale et familiale (AESF)

Troubl des apprent_defPar Jérôme Bessac

Pour en savoir plus sur Troubles des apprentissages – dictionnaire pratique, cliquez ici.

L’AESF est une des aides proposées aux familles rencontrant des difficultés financières. Elle peut être attribuée par le Conseil général aux familles qui rencontrent des difficultés sur le plan financier, en leur délivrant des informations, des conseils pratiques et un appui technique qui doivent leur permettre d’organiser la gestion de leur budget en définissant des priorités, d’anticiper des dépenses imprévues lorsque la nature des revenus de la famille le permet, ou d’intégrer une diminution des ressources suite à un changement de situation. Cet accompagnement est assuré par
un professionnel formé à l’économie sociale et familiale (par exemple, un Conseiller en économie sociale et familiale (CESF) ou une assistante sociale).
Voir : CESF : Conseiller en économie sociale et familiale.

Lire la suite

Pourquoi Docteur – L’orthophonie (Source Europe 1)

Europe1Le docteur Jean-François Lemoine réunit tous les meilleurs spécialistes pour répondre aux questions des auditeurs et débattre des grandes problématiques actuelles : les avancées de la médecine, les nouveaux traitements, les médicaments retirés du marché…

Avec le Dr. Magali Dussourd-Deparis, orthophoniste, chargée de mission illettrisme à la Fédération Nationale des Orthophonistes.

Lire la suite

Faut-il lui parler de son bégaiement ?

Par Anne-Marie Simon

Cliquez ici pour en savoir plus sur cet ouvrage.

Oui. Bégayer n’est pas une chose agréable pour l’enfant, même s’il n’est pas encore en mesure de mettre des mots sur sa difficulté de parole. Imaginons qu’il se soit cassé une jambe : il ne peut plus circuler librement ! Il en sera parfaitement conscient. De même manière, s’il bégaie, s’il ne peut plus parler librement, il le sait et ne pas en parler avec lui serait entrer dans une fausse indifférence susceptible de construire un tabou autour de son trouble.

Lire la suite

Bégaiement : pour baisser sa tension, dois-je tout lui permettre ? (dormir dans le lit des parents, discipline…)

Par Anne-Marie Simon

Cliquez ici pour en savoir plus sur cet ouvrage.

À la lecture des facteurs 3P (voir article Les facteurs du bégaiement : les 3 P), peut-être vient-il à l’esprit des parents qu’ils sont trop exigeants, que leur enfant bégaie parce qu’ils sont trop sévères. Il existe de nombreuses raisons d’entrer en conflit avec son enfant à cet âge où il doit apprendre à supporter la frustration de ne pas faire tout ce qu’il veut. En matière de nourriture comme de sommeil ou de discipline, chaque famille a les règles qu’elle décide d’appliquer, soit à l’image de l’éducation que les parents eux-mêmes ont reçue, soit au contraire en opposition à cette éducation. Mais lorsqu’un jeune enfant se met à bégayer, il est indispensable dans un premier temps de lui rendre les choses plus faciles, c’est-à-dire d’avoir des demandes répondant aux deux critères suivants : – que ces demandes soient à la fois réalistes, adaptées à l’âge de l’enfant et à ses capacités ;
– qu’elles soient strictement justifiées. Ainsi, au regard de son bégaiement, il conviendra de mettre en perspective la « gravité » de certains « caprices » (ne pas finir son assiette, vouloir mettre tel vêtement et pas tel autre, refuser une promenade…)

Lire la suite

Les facteurs du bégaiement : les 3 P

Par Anne-Marie Simon

Cliquez ici pour en savoir plus sur cet ouvrage.

Facteurs qui peuvent prédisposer l’enfant à bégayer
Facteur génétique.
Difficultés phonologiques (retard de parole).
Question du bilinguisme.
Facteurs constitutionnels.
Caractère de l’enfant : volontaire, anxieux, perfectionniste…
Manque de confiance.
Peurs.
Impatience.
Facteurs qui peuvent précipiter le bégaiement (ou le déclencher)
Événements ayant entouré l’apparition du bégaiement : naissance d’un autre enfant dans la famille, déménagement, entrée à l’école, changement d’école, maladie, conflit familial…
Fatigue.
Stress.
Excitation.
Compétition.

Facteurs qui peuvent faire perdurer le bégaiement
Difficultés dans la vie quotidienne.
Réactions des parents et réactions de l’enfant face au trouble.
Pression temporelle : multiplication des activités ; interactions trop rapides.
La communication en famille.
Sentiments des parents.
Parents mal informés ?
Difficultés affectives : jalousie – tension familiale
Événements traumatisants. Modes de garde

Lire la suite