Disponible dès demain en librairie : 100 IDÉES POUR APPRENDRE À RÉSOUDRE LES PROBLÈMES EN MATHS

1re-Couv-resoudre-pb-maths

Pour en finir avec la peur des maths !

Constat. Le seul mot « problème » déclenche chez nombre d’apprenants angoisse et insécurité. Or les formateurs et les parents sont bien souvent désarmés. En tant qu’orthophoniste et enseignantes spécialisées, nous travaillons sur ce sujet, pour certaines d’entre nous depuis plus de 30 ans, et ce livre est le fruit de nos questionnements, de nos découvertes et de nos pratiques. Tous les outils pédagogiques présentés dans cet ouvrage ont prouvé leur efficacité sur le terrain. Lire la suite

Apprendre à compter au quotidien avec la monnaie.

9782353451500Par Bernadette Guéritte-Hess, Marie-Line Chef San Marcelino et Claudine Decour Charlet.

Extrait de l’ouvrage 100 IDÉES POUR APPRENDRE À COMPTER AU QUOTIDIEN AVEC DE LA MONNAIE.

En tant que parent, tout le monde se trouve confronté aux mêmes questions concernant les premières « relations » entre son enfant et l’argent.

Voici quelques conseils :

L’argent de poche

On peut commencer très tôt à en donner. La somme, la fréquence et les conditions qui accompagnent cette remise, relèvent de votre libre arbitre. Mais sachez que :

  • pas besoin de donner beaucoup, mais ne donnez pas une somme « juste ». Il vaut mieux donner une pièce de 10 centimes pour les petits, ou 1 euro et 13 centimes en début de primaire, par exemple, plutôt qu’une pièce de 1 euro.
  • C’est ainsi que l’enfant pourra découvrir les différentes pièces et comprendre les liens de valeur et d’équivalence qui les unissent. 10 pièces de 10 centimes, qui font 100 centimes pourront être échangées contre une pièce de 1 euro. Et l’enfant qui touchera plusieurs fois 1 euro et 13 centimes sera amené à compter des centimes sous plusieurs formes pour arriver à 100 ! C’est un bon exercice de calcul.
  • la fréquence doit être régulière, quelle qu’elle soit, a n d’amener une organisation temporelle, a n de permettre à l’enfant de prévoir la somme qu’il aura et d’anticiper de petits achats.
  • que l’argent soit dans une tirelire ou dans un porte-monnaie, l’enfant doit pouvoir y accéder, le manipuler, le recompter et le dépenser.Les coursesOn donne d’abord aux petits qui vont chercher le pain la somme juste. Puis, une fois qu’ils s’enhardissent, on leur donne une pièce plus grosse en demandant de « rapporter la monnaie ». C’est un mystère pour les enfants, qui reviennent ce jour-là avec leur baguette ET des sous (souvent plusieurs pièces, alors qu’ils n’en avaient qu’une en main en entrant dans

    le magasin). Cette notion de rendu de monnaie est bien dif cile et longue à acquérir. Mais vous aiderez beaucoup votre enfant si vous véri ez avec lui la monnaie qu’il vous rapporte.

    De même, avec des enfants plus grands, vous exigerez le ticket de caisse et chercherez ensemble l’explication de la monnaie rapportée.

JE CONSTRUIS LES QUATRE OPÉRATONS – TROISIÈME CAHIER : DIVISION disponible en librairie

Je construis les quatre opérations – Troisième cahier : division par Josiane Hélayel est disponible en librairie dès aujourd’hui.

les 4 op_etape 3.indd

Pour les débutants de tout âge, les « dyscalculiques », les élèves qui souffrent de troubles des apprentissages arithmétiques par l’auteur de 100 idées pour aider les élèves « dyscalculiques ».

De trop nombreux enfants entrent au collège en ne maîtrisant pas les apprentissages fondamentaux du calcul et pensent être « nuls en maths ».
Or ce n’est pas une fatalité.
Les blocages dont souffrent ces élèves trouvent leur origine dès l’école élémentaire dans une fixation mal assurée des apprentissages arithmétiques de base.
Lire la suite

Je construis les quatre opérations – Deuxième cahier : multiplication (sortie octobre 2014)

Multiplication-1re-de-couvBDPour les débutants de tout âge, les « dyscalculiques », les élèves qui souffrent de troubles des apprentissages arithmétiques par l’auteur de 100 idées pour aider les élèves « dyscalculiques ».

De trop nombreux enfants entrent au collège en ne maîtrisant pas les apprentissages fondamentaux du calcul et pensent être « nuls en maths ».

Or ce n’est pas une fatalité.

Lire la suite