Dyspraxie : la préparation au cours d’éducation physique

the-ball-stadion-football-the-pitch-39562Par Amanda Kirby et Lynne Peters

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour aider les élèves dyspraxiques

Les cours d’éducation physique peuvent présenter un véritable défi pour un enfant dyspraxique ; en même temps, c’est une formidable opportunité qui lui est offerte pour améliorer sa motricité globale, son équilibre, sa coordination ainsi que sa motricité fine. L’enfant pourra gagner en assurance et en estime de soi, ce qui ne manquera pas de l’aider dans tous les autres domaines, scolaires ou non. Lire la suite

Pourquoi proposer la sophrologie aux enfants Dys ?

person-girl-cute-young

Par Alain Chaze

Extrait de 100 idées pour proposer la sophrologie aux enfants Dys

La sophrologie est une discipline récente : depuis deux décennies, elle connaît un essor tout particulier dans les domaines de la pédagogie et de l’enfance. Initialement utilisée par des médecins et des professionnels de santé, elle a vu au fil des ans s’étoffer et se diversifier ses domaines d’intervention et s’est ainsi rendue plus accessible, plus en lien avec les difficultés de la vie quotidienne. Lire la suite

DISPONIBLE EN LIBRAIRIE : 100 idées pour mieux gérer les problèmes avec les ados

1re_Couv_100 ID Pb avec ados100 IDÉES POUR MIEUX GÉRER LES PROBLÈMES AVEC LES ADOS

par Dr Anne Gramond & Dr Géraldine Audemard

Maintenir un dialogue constructif pour lui faire entendre raison tout en admettant qu’il n’a pas toujours tort

Période charnière dans le développement du jeune, l’adolescence s’accompagne de profonds remaniements physiologiques, physiques et psychologiques qui peuvent provoquer des comportements « étranges »… du point de vue des parents. Lire la suite

Gérer les troubles du comportement en classe : quand rien ne parvient à ramener le calme

art-broken-explosion-glass (1)

Par Roy Howarth.

Extrait du livre 100 idées pour gérer les troubles du comportement

Il peut arriver qu’aucune de lignes de conduite que vous utilisez pour calmer l’élève ne se révèle efficace. Si vous avez compris la nature profonde de son handicap mais que vos relations avec lui ne sont pas assez fortes pour faire face à l’escalade, alors faites-le sortir de la classe.

L’établissement scolaire doit avoir une politique claire concernant sa mise à l’écart et, s’il s’agit d’un enfant très perturbé, une procédure précise doit avoir été prévue. N’oubliez pas de vous imprégner de la documentation sur les enfants souffrant de troubles des conduites, et renseignez-vous sur les aides extérieures disponibles.

L’idée est de bien voir quand vous allez au-devant d’un échec, d’être conscient de l’issue éventuelle et d’éviter le cyclone dévastateur. Il y a des situations où il ne faut pas faire le brave : alors faites appel au protocole prévu par l’établissement, le plus rapidement possible sera toujours mieux que quand il serait trop tard.

Il serait peut-être utile d’expliquer clairement à l’élève votre démarche et les raisons qui la sous-tendent. Si vous choisissez cette option, il vous faudra donc rester calme, déterminé et parfaitement conscient des conséquences que peut avoir le comportement en question ; restez calme et résolu.

Ceci est évidemment plus facile à dire qu’à faire, mais si vous suivez la bonne démarche, nul doute que l’élève TOP reconnaîtra que vous êtes en position de force et il se pliera à vos directives.

Source image : pexels

Difficultés à l’école primaire : comment gérer les difficultés d’articulation ?

pexels-photo-121734
Par Isabelle Deman

Extrait du livre 100 idées pour aider les élèves en difficulté à l’école primaire

Les difficultés d’articulation se repèrent dès la maternelle. Il faut y être très vigilant. Il est possible d’agir dès la petite section de maternelle, de rectifier des défauts par des exercices appropriés. Il appartient aux enseignants de faire ce travail, avant de (trop) systématiquement envoyer des petits chez des orthophonistes. Si les difficultés persistent malgré cette première aide, alors une aide orthophonique sera nécessaire. Lire la suite

Conseil pour les enseignants : pas de « meuhhh » en classe.

Pictureoftheday_1280

Par Corinne Gallet.

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour que TOUS les enfants sachent lire.

Regardez la dictée qu’il m’a faite », « Il me fait les exercices de maths facilement », « Il me parle facilement en grand groupe classe », « Il m’écrit bien sur les lignes », « Que m’as-tu écrit ? » (l’enfant est au tableau).

Outre que la syntaxe de ces exclamations n’est pas toujours correcte, l’enseignant n’a pas forcément le bon positionnement professionnel. La langue évolue, mais est-il bien nécessaire d’utiliser certaines formules qui tendent à faire croire qu’entre l’enfant et l’enseignant c’est une question personnelle qui se joue ? L’élève qui fait des erreurs n’en veut pas particulièrement à l’enseignant. Ce serait trop simple si les choses se jouaient à ce niveau. Lire la suite

Troubles du comportement : bien gérer les provocations dans une salle de classe

L-astuce-du-lundi-apaiser-la-colere-d-un-enfant_carrousel_quejadore

Par Roy Howarth.

Extrait du livre 100 idées pour gérer les troubles du comportement

Si vous n’empêchez pas les autres élèves de la classe d’exciter leur camarade en colère, celui-ci peut aller très loin. Ces enfants sont en effet comparables à une forteresse vide dont la moindre brèche dans les remparts révèle la faiblesse. Cette faiblesse met au jour le trouble dont souffre l’enfant et le rend encore plus irascible et agressif. Du coup, vous vous retrouvez avec deux problèmes au lieu d’un : d’un côté, notre ami qui écume de rage, et de l’autre, l’élève ou les élèves à l’origine de la provocation et qui, eux, se délectent d’avoir réussi leur coup. Lire la suite

Education civique : l’école, un milieu protégé ?

4ea68ea6a983c_couv 100 ID civique vrai vertpar Marie-Lou Bernard & Henri Berquin

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour une éducation civique.

On dit que ce qui rend l’individu humain éducable, c’est justement sa fragilité première, son côté « kangourou », un être pas tout à fait terminé à sa naissance. D’où la légitimité d’un milieu scolaire « protégé » d’influences extérieures non filtrées, pour permettre au processus éducatif de s’exercer sans perturbations.

Mais comment fonctionne ce filtrage ? Qu’est-ce qu’on choisit de laisser entrer, selon quels critères… et d’ailleurs choisit-on vraiment ? Que disent les textes officiels à ce sujet ?

Lire la suite