Dysorthographie : du temps pour apprendre

23

Par Monique Touzin

Extrait du livre  100 idées pour venir en aide aux élèves « dysorthographiques »

Du fait de sa complexité, il n’est pas pensable que les enfants puissent acquérir rapidement la maîtrise de notre orthographe. Il faut donc compter sur un apprentissage long et souvent difficile, voire même douloureux pour certains !

De quoi envier les enfants espagnols, italiens et finnois qui, ayant une langue transparente ne seront pas soumis aux mêmes tourments.

Lire la suite

Les liens entre lecture et orthographe

couv dysortho 3Par Monique TOUZIN

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour venir en aide aux élèves « dysorthographiques ».

Il existe des liens importants entre lecture et orthographe, comme le montrent les corrélations qui existent entre des résultats obtenus à des tests orthographiques et de lecture. La raison en est que lecture et orthographe dépendent des mêmes processus cognitifs sous-jacents.
L’acquisition des compétences en lecture et la maîtrise de l’orthographe font toutes deux appel d’une part à des connaissances générales sur le système alphabétique (liens entre sons et lettres et entre lettres et sons) et, d’autre part, à la mémorisation d’un certain nombre de mots particuliers devenus familiers à force d’être souvent rencontrés au cours des lectures.

Lire la suite

L’estime de soi, qu’est-ce que c’est ?

couv estime Marine1Par Nathalie Oubrayrie-Roussel et Emeline Bardou

Extrait de l’ouvrage 100 idées pour comprendre et préserver l’estime de soi.

L’estime de soi correspond au sentiment plus ou moins favorable que chaque individu éprouve à l’égard de lui-même, à la considération et au respect qu’il se porte et au sentiment qu’il a de sa propre valeur en tant que personne. Une estime de soi élevée est considérée comme un indicateur d’acceptation, de tolérance, de satisfaction personnelle et de respect à l’égard de soi-même. Pour certains, cette estime de soi résultera de la façon dont ils se considèrent ou non comme des êtres attrayants, aimés ou compétents. Chez d’autres, l’amour-propre pourra dépendre du fait d’être vertueux, puissant ou indépendant. En d’autres termes, l’estime de soi de chaque personne est fonction des différentes valeurs qu’elle se reconnaît. Lire la suite

Adolescents en danger d’illettrisme : évaluer pour mieux répondre aux besoins

Couv-Ado-IllettrismCOUVPar Corinne Gallet.

Pour en savoir plus sur Adolescents en danger d’illettrisme, cliquez ici.

On n’évalue pas la lecture mais un élève qui apprend à lire et écrire. L’évaluation n’est pas un aboutissement mais bien le début d’une relation, et ce moment consacré à une meilleure connaissance des jeunes en difficulté de lecture doit se dérouler dans un climat de respect et d’écoute. L’enseignant observe, rassure et surtout ne fait pas de commentaire – ce qui pourrait arrêter le travail du jeune –, et ne donne pas les réponses « justes » à la fin des épreuves : ces dictées et autres lectures seront proposées à nouveau en fin d’année afin de comparer les résultats avant et après l’action de remédiation. Cela permettra de savoir si les progrès sont effectifs, si les exercices proposés étaient bien adaptés, si le projet de l’établissement est bien à même de répondre aux besoins des élèves. Il y aura bien d’autres évaluations en cours d’année qui permettront à l’enseignant d’ajuster les exercices, mais il faut aussi faire un bilan de projet tel que celui-ci, ne serait-ce que pour le défendre et se sentir légitime.

Lire la suite

L’histoire de l’orthographe et les règles de la réforme de 1990.

couv dysortho 3Par Monique TOUZIN

Pour en savoir plus sur 100 idées pour venir en aide aux élèves « dysorthographiques », cliquez ici.

L’orthographe française est née officiellement en 1694, même si les graphies alors préconisées n’étaient pas tout à fait les mêmes que celles d’aujourd’hui. Cette orthographe ne s’est pas créée spontanément, mais découle de plusieurs dialectes de langue d’oïl et s’est constituée pour des raisons politiques, administratives et juridiques.

Lire la suite

Histoire de l’orthographe : l’Académie Française.

couv dysortho 3Par Monique TOUZIN

Pour en savoir plus sur 100 idées pour venir en aide aux élèves « dysorthographiques », cliquez ici.

C’est Louis XIII qui créa l’Académie française en 1635. La mission confiée à cette institution était claire : « La principale fonction de l’Académie sera de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. ». Les Immortels entreprirent donc de « nettoyer » la langue, petit à petit, par étapes successives.

Lire la suite