[Témoignage] Je suis dyslexique, par Florence (20 ans)

Aide-aux-Dys_1reCouv.RVBExtrait du livre Aide aux Dys, disponible dès aujourd’hui en librairie.

Je suis dyslexique. J’ai eu au CP de grosses lenteurs d’apprentissage et de lecture, malgré le soutien quotidien de mes parents le soir et les week ends. J’ai été, depuis le CP, suivie par une orthophoniste qui n’a pas détecté cet énorme souci de lenteur. Ce n’est qu’en troisième qu’une enseignante a compris que j’avais aussi une lenteur neurologique.

Je suis dyslexique et j’ai de la lenteur pour écrire. Je bénéficie d’un tiers temps à l’examen et suis reconnue personne handicapée.

J’ai juste eu besoin que l’on m’aide à prendre confiance en moi, car quand on est dyslexique, on est pris pour des personnes « handicapées », ce qui déstabilise fortement.

Aujourd’hui je ne rencontre presque plus de difficulté sauf les jours où je suis vraiment fatiguée. Je peux encore inverser des lettres. En contrepartie, la lenteur est toujours d’actualité. Et je ne raisonne pas comme tout le monde !

Une autre grosse difficulté c’est quand un enseignant m’a dit : « Tu as de la chance, au moins ça ne se voit pas physiquement que tu es handicapée. » De plus, cet enseignant m’a arraché ma copie alors qu’il savait que j’avais du temps supplémentaire ! Cet événement relativement destructeur s’est passé en seconde générale.

Les enseignants m’ont énormément donné confiance en moi depuis le CE1, mais à partir du collège, les enseignants n’ont pas été du tout adaptés et se sont montrés parfois cassants. La plus grande aide est venue de mes parents qui m’ont apporté un soutien infaillible au quotidien.

J’ai aussi énormément fonctionné avec l’ordinateur, ce qui m’a permis d’évoluer à grande vitesse. Il est vrai que je compense énormément par un QI élevé. Mes difficultés m’ont rendue très proche de ma famille, mais je suis restée indépendante.

Je travaille sur une exploitation agricole en alternance depuis plus d’un an. Je suis en formation de gestion d’exploitation agricole, et je souhaite m’orienter vers l’élevage de moutons, ainsi que vers le développement du tourisme vert. Je n’ai pas de temps pour des activités de loisirs, mais cela ne me manque pas, car je m’épanouis dans mon travail et je rencontre quand même du monde !

Du point de vue scolaire, le fait que j’arrive à suivre avec moins de difficulté malgré la hausse du niveau des études me rassure sur mes capacités au quotidien. Donc le fait que j’arrive à oublier ces handicaps me satisfait énormément, d’autant que la route a été longue.

Mon avenir est tout tracé si l’on peut dire, l’installation agricole se rapproche à grands pas. Et le meilleur de tout cela c’est qu’aujourd’hui je prends ma revanche sur ces longues années de travail incessant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>